Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

La Danse du soleil
Robert Sundance
Article mis en ligne le 24 mai 2021

« Si je n’étais pas en prison, j’étais en train de picoler. Si j’étais bourré, j’échouais en prison. Si j’étais en prison, le système m’exploitait comme un esclave. Semaine après semaine, mois après mois, année après année, voilà à quoi se résumait ma vie. »

C’est l’histoire de Sundance, un Sioux qui sombre très jeune dans l’alcoolisme et écume pendant vingt-cinq ans les bars de l’Ouest américain. Sans-abri, trimardeur, arnaqueur, rendu presque fou par l’alcool, coincé entre la rue et la prison, son histoire aurait dû s’arrêter là. Mais lassé du harcèlement policier, Sundance contre-attaque. Sa victoire lors d’un procès retentissant à la fin des années soixante-dix met fin aux abus du système judiciaire envers les alcooliques et entraîne une prise de conscience : l’alcoolisme n’est pas un délit, c’est une maladie qui ne se soigne pas derrière des barreaux.

Rares sont les témoignages de première main de ceux qui vivent dans la rue. Celui de Sundance cristallise nombre de maux de la civilisation qui l’a recraché sur le bord du trottoir. Ivrogne, clochard, il est en outre un Amérindien dans une Amérique qui s’est bâtie sur la dépouille de son peuple. Des émeutes en prison aux rodéos du Montana, de la Seconde Guerre mondiale aux champs de coton d’Arizona, en passant par les trottoirs de Los Angeles, la vie de Sundance nous raconte l’american way of life vu d’en bas.


Sundance voit le jour dans la réserve sioux de Standing Rock en 1927. Engagé dans la Seconde Guerre mondiale, il devient alcoolique à l’armée. En 1977, la médiatique « affaire Sundance » sensibilise les États-Unis à la question de l’alcoolisme. Il arrête définitivement de boire et passe les quinze années qui suivent à essayer de sortir ses compatriotes de la rue à la tête d’une association. Dans La Danse du soleil, ses mémoires achevées juste avant sa mort en 1993, Sundance dévoile une autre Amérique, hors champ, habitée par ceux qui n’ont habituellement pas leur place dans les livres.