Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

La Peur de la liberté
Erich Fromm
Article mis en ligne le 23 mars 2021

Collection « Le Goût des idées »

L’humain est-il assez fort pour supporter la liberté ? Peut-il affronter les dangers et la responsabilité qu’elle induit ?
Car la liberté est avant tout un problème psychologique.

Erich Fromm, par son analyse magistrale des origines psychanalytiques du totalitarisme, fait la lumière sur les forces qui façonnent la société moderne. Si l’avènement de la démocratie a apporté la liberté, elle a donné naissance à une société dans laquelle l’individu se sent aliéné et déshumanisé.

L’humain moderne, dégagé des liens de la société « primitive », qui le limitaient, mais le rassuraient, n’a pas encore pleinement conquis son indépendance. La liberté provoque en lui un sentiment d’isolement qui engendre à son tour l’insécurité et l’angoisse.

Il met alors en place des mécanismes de fuite : l’autoritarisme, la destructivité ou un conformisme d’automate.


Erich Fromm (1900-1980), psychanalyste et sociologue, est l’un des premiers représentants de « l’École de Francfort ». Émigré aux États-Unis où il a vécu à partir de 1934, il a enseigné au Bennington College, à la Columbia University, puis à celle du Michigan et à Yale, ainsi qu’à l’Université nationale du Mexique. Il a aussi travaillé à l’École de Palo Alto et à Cuernavaca (Mexique) avec Paul Watzlawick. Au sein d’une œuvre considérable, on remarque L’art d’aimer, Avoir ou être, Espoir et révolution. Fromm a été le premier philosophe à plaider pour un revenu minimum universel.


TABLE DES MATIÈRES :
- Avant-propos
- 1. La liberté : un problème psychologique ?
- 2. Émergence de l’individu et ambiguïté de la liberté
- 3. La liberté à l’époque de la Réforme
- 4. Les deux aspects de la liberté pour l’homme moderne
- 5. Les mécanismes de fuite
- 6. La psychologie du nazisme
- 7. Liberté et démocratie
- Appendice. Le caractère et le processus social