Bandeau
Librairie Publico, spécialisée en livres anarchistes
Slogan du site

Librairie spécialisée dans les livres anarchistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire

Le Dzikus | Mon adolescence dans la Résistance, des hauts-fourneaux à Buchenwald
Victor Dojlida
Article mis en ligne le 3 novembre 2020

Victor Dojlida (1926-1997), né en Pologne, a grandi dans un coin de Lorraine minier et industriel. Au sortir d’une enfance pauvre, il est confronté à l’occupation allemande et se révolte face aux exactions des nazis et de leurs supplétifs de la police française.

Hardi et dégourdi, Victor, alias le Dzikus (le sauvageon, en polonais), devient d’abord contrebandier pour nourrir sa famille et ses voisins, puis passeur, aidant des prisonniers de guerre évadés à sortir d’Allemagne. Il entre ensuite dans la Résistance à 16 ans, sous les couleurs des FTP et s’y distingue par son courage et ses faits d’armes.

Il est arrêté par la police en février 1944 et déporté à Dachau et à Buchenwald. Il survit aux tourments barbares des SS, à la faim et au typhus, mais de nouvelles tribulations – et de nouvelles trahisons – l’attendent à son retour en Lorraine… Ce récit trépidant et sans fard s’arrête là.

L’auteur a eu son moment de célébrité à la fin des années 1980. À son retour des camps, révolté par le fait que le juge collabo qui l’avait livré aux nazis était encore en poste, il lui avait cassé la figure et avait perdu toute foi en la justice de France, se faisant braqueur et ciblant des collabos. Très lourdement condamné à chacune de ses arrestations, il ne sortit de prison qu’en 1989, après avoir passé 15 mois en camp de concentration et près de 42 ans dans les prisons françaises ce qui faisait de lui le plus vieux prisonnier du pays.

Il en sortit d’ailleurs qu’à la suite d’une campagne d’ex-déportés initiée par Marcel Paul. Michelle Lesbre a connu un certain succès avec son Victor Dojlida, une vie dans l’ombre. Aujourd’hui, les éditions L’Insomniaque, où il comptait de nombreux amis, est en mesure de publier ses souvenirs : c’est un témoignage essentiel pour servir à l’histoire tant de l’immigration d’avant-guerre que de la Résistance, dont la base ouvrière était alors en première ligne du combat pour la liberté et la dignité.